Résumé iconoclaste de l'histoire du Japon

 

(note: iconoclaste: Réformateur, personne qui s'attaque à l'orthodoxie doctrinaire)

 

Le Kojiki (écrit en 712) et le Nihonshoki (écrit en 720, 30 volumes) sont des textes qui ont des fonctions politiques , faisant croire aux peuples que la famille impériale descend des dieux , il s’agit d’une imitation par les dirigeants du Yamato (un clan japonais) du système chinois, qui fait descendre l’empereur du ciel, (le fils du ciel, le terme  ciel est une image du monde divin) , comme les rois en France prétendaient être rois de droit divin, et les lama tibétains des incarnations des bodhisattvas .     

 

Le Kojiki était surtout destiné à influencer les japonais, alors que le Nihonshoki , écrit en chinois, avait plus vocation à s’adresser aux chinois . C’est  le même système qui était utilisé pour établir une aristocratie que dans les autres parties du monde. 

 C’est pourquoi dans la mythologie, on retrouve la conquête et la soi disant pacification du pays par les Kamis envoyés par Amaterasu , ce qui reflète certainement les combats entre les guerriers du Yamato et les autres clans qui occupaient le Japon, parmi eux les Ainus et les Ezos , qui occupaient le nord de Honshu et Hokkaido . Le dernier Ainu "indépendant" de Honshu , qui résidait dans le village de Utesu, dans le nord de Tsugaru, a été officiellement enregistré en tant que japonais en 1756. (voir le passionant livre d'Ellen Schattschneider "Immortal Wishes", une étude sur le sanctuaire de la montagne Akakura et les shamans Kamisama de Tsugaru).

 

Une raison pour laquelle les dirigeants du Yamato souhaitaient se présenter comme descendants des dieux du Japon, est que ces dirigeants du Yamato étaient en fait d’origine Coréenne. Venus par le sud, ils n’avaient donc pas d’ancêtres au Japon, aussi pour masquer ce fait, ils ont construits un mythe pour faire croire qu’ils étaient les descendants des dieux du Japon. Cela explique également le fait qu’ils aient voulu introduire la culture chinoise au Japon, et avec, le bouddhisme. L’introduction du bouddhisme permettait d’affaiblir l’ancien culte animiste et shamanique du terroir, et ainsi de prendre le pouvoir sur les clans plus anciens qui avaient, eux des ancêtres du terroir depuis les temps préhistoriques. 

 

 A l’origine de l’introduction de la culture chinoise et du bouddhisme au Japon, se trouve les clans Soga , qui étaient d’origine coréenne.  Les clans Mononobe étaient leurs ennemis, qui défendaient les traditions anciennes, shamaniques. A l’époque ces traditions ne portaient pas de nom, ce n’est que plus tard qu’on leur donna le nom  chinois de SHINTO du Chinois SHIN : divin et TAO : Voie, se prononce en japonais KAMI NO MICHI , KAMI entité spirituelle et MICHI le chemin, pour les distinguer du bouddhisme qui était appelé  BUKYO , enseignement de bouddha (et non butsudo comme certains occidentaux le croient).  

 

 

 

 art21

   

Avant l’émergence du clan Yamato, la culture Yayoi a commencé à développer l’agriculture au sud à Kyushu et vers le centre ouest du Japon, culture du riz ou l’on trouve le shintoisme d’Izumo du pays de Kuni, dont le dieu principal était Okuninushi no Mikoto. Le sanctuaire shinto le plus ancien, est celui d’Izumo, plus vieux que le sanctuaire d’Ise, dont la divinité principale est Amaterasu , qui est vénérée par le clan Yamato, et considérée comme l’ancêtre de la famille impériale, issue de ce clan Yamato.

 

379px_Empress_OKINAGA_TARASI

 Jingū Kogo (impératrice Jingu神功皇后 )

 

D’après certains historiens coréens, la déesse Amaterasu et le mythe  exposé dans le kojiki seraient en fait basés sur le mythe shamanique coréen. En effet, dans ce mythe, on trouve un dieu primordial, qui correspond à Takami Musubi, et une déesse qui correspondrait à Amaterasu : La création du monde

 

Au commencement le monde n'existait pas. Une divinité appelée Yul-ryeo율려(律呂) apparu et donna naissance à une déesse nommée Mago (mythologie)마고(麻姑). Yul-ryeo mourut. Mago à son tour donna naissance à deux déesses : Gung-hee궁희(穹姬) et So-hee소희(巢姬) qui donnèrent à leur tour naissance chacune à deux Hommes Célestes 천인(天人) et deux Femmes Célestes 천녀(天女). 

 

Après l'apparition des Gens Célestes, Yul-ryeo 율려 fut réssuscitée et par sa résurrection les cieux, la terre et les océans furent créés et avec eux, Chi (le souffle) (), le feu (), l'eau (), et la terre (). Ces quatre éléments se mélangèrent alors pour former l'herbe, les plantes, les oiseaux et les animaux. Mago décida alors de rester avec Yul-ryeo, dont le corps était devenu le monde et les Gens Célestes régnèrent sur tous les êtres vivants depuis leur forteresse céleste appelée Magoseong 마고성(麻姑城) en l'honneur de la déesse.

 

mlw_0001_0001_0_img0013

 

 

 

Amaterasu dans la caverne.

 

Les chroniques chinoises parlent du Japon et sont plus anciennes que les chroniques japonaises du Nihonshoki. Elles parlent du japon comme du pays de WA (WO en chinois moderne), ce qui veut dire petit ou nains. La chronique chinoise dit que le pays de Wa était divisé en différents royaumes qui se faisaient la guerre, et cite le Yamatai  ( Yamataikoku) qui était au centre d’une conféderation de plusieurs royaumes. Le Yamatai était dirigé par une femme, la reine Himiko (Pimiko en japonais ancien) qui est un personnage assez mystérieux. D’après les chroniques chinoises, elle envoya un émissaire en Chine en 239  du nom de Nanshomai au royaume chinois des WEI. Le Nihonshoki prétend que la Reine Himiko serait l’imperatrice Jingu kogo, ce qui est contesté par les historiens. D’après d’autre documents la reine Himiko serait Yamato Toto Moso Hime ou Yamato Hime . Elle vivait une vie d’abstinence et d’isolement pour être capable de faire des oracles. De fait, une longue tradition exista au Japon, de femmes qui pouvaient rendre des oracles, comme l’impératrice jingu kogo, et c’est de là que provient la pratique de consacrer une fille de l’empereur au sanctuaire d’Ise. (souvenir des reines et prêtresses shamanes des temps pré-bouddhistes). 

 

A partir de 587, le clan Soga s’impose et l’on commence à installer la culture chinoise et propager le bouddhisme, en collaboration avec le roi de Corée. Le calendrier chinois est adopté en 682. Puis construction de Nara, qui devient la capitale du bouddhisme au Japon.

En 702, Nara devient la capitale du japon, appelée aussi Heijokyo, copiée sur celle des Tang.

Le bouddhisme devient de plus en plus puissant, causant le déplacement de l’empereur à Heian kyo, Kyoto, pour échapper à l’influence des sectes bouddhistes de Nara .

 

Quelques dates de la suite de l’histoire du japon :

 

805 : Le moine Saicho crée au mont Hiei, au nord-est de Kyoto, la secte bouddhique du Tendaï. L’année suivante Kukaï crée la secte bouddhiste du Shingon dont la doctrine est tantrique.

 

1020 : Écrit par une dame d’honneur, Murasaki Shikibu, le Dit des Genji (Genji-Monogatari), qui narre les aventures galantes d’un prince de la cour de Heian, est l’un des plus anciens romans du monde.

 

 

t_16426_271

 

1175 : Le moine Honen fonde le Jodoshu ou secte de la Terre Pure.

Avril 1185 : Victoire de Minamoto Yoritomo sur Taira no Kiyomori. Cette bataille prélude à l’installation en 1192 d’un système de dictature militaire appelé à durer près de sept siècles. Le nouveau régime, qui marginalise l’institution impériale en la réduisant à son caractère religieux est désigné par le terme de shogunat (de shogun, « général ») ou sous celui de bakufu qui signifie originellement la tente abritant le quartier général. Transfert de la capitale politique à Kamakura, une bourgade côtière du Kanto où se trouve le quartier général de Minamoto Yoritomo.

1191 : Développement au Japon du bouddhisme zen qui rencontre la faveur de la caste guerrière dirigeante, alors que les sectes Jôdo (fondée en 847 et organisée en 1174) et Nichiren (fondée en 1253) s’adressent principalement au peuple des campagnes et aux guerriers ordinaires ( les sectes Nichiren se developpent plutot parmi les commerçants). Le Zen était déjà pratiqué dans l'école Tendai, comme une des pratiques spirituelles de l'école. Le tendai pratiquait (et pratique toujours) également le nembutsu, le sutra du Lotus, ainsi que les pratiques Mikkyo. A lépoque Kamakura, certains moines Tendai se sont séparés de l'école Tendai pour developper des sectes qui se consacraient à une seule de ces pratiques, la présentant comme supérieure aux autres.

  C'est le cas de Eisai, Dogen, Nichiren, Honen, qui donnèrent respectivement naissance aux sectes Zen Rinzai, Zen Soto, Hokke Kyo, Jodo Shu.

Au début du XIIIe siècle, la confusion politique est à son comble et quatre empereurs prétendent au pouvoir. Quand ils tentent de s’entendre contre Yoshitoki, ils sont battus et exilés et l’enfant empereur Kujô meurt en 1234. Il est remplacé par le moine Kodô Hô-shinnô qui devient l’empereur Horikawa II.

1222 : Une bonne partie des terres nobles est enlevée aux partisans de l’empereur pour être redistribuées aux fidèles du shogun.

1252 : Réalisation de la grande statue de bronze du Bouddha de Kamakura. 

1266 - 1273 : Six missions coréo-mongoles sont envoyées au Japon par Khubilaï Khan, l’empereur Yuan de Pékin qui est sur le point de vaincre en Chine méridionale la résistance des Song et entend établir son protectorat sur l’archipel nippon. 

1274 : Première attaque mongole contre le Japon. Un typhon disperse la flotte des envahisseurs dans la baie de Hakata. Ce sont ces « vents divins » qui donneront le nom de « kamikaze ».

1275 et 1279 : Nouvelles ambassades sino-mongoles au Japon pour persuader l’empereur de venir rendre hommage à Khubilaï à Khanbaliq (Pékin). Les Japonais ne répondent pas et décapitent même en 1275 les envoyés de l’empereur chinois.

1281 : Une nouvelle attaque mongole est dispersée par la tempête.

1336 : Daigo II est chassé de Kyoto et installe une cour dissidente à Yoshino. Début du Grand Schisme impérial qui durera jusqu’en 1392, que les Japonais appellent aussi « période des Deux Cours ».

1392 : Après une longue période de confusion, l’unité du Japon est reconstituée en faveur de l’empereur de Kyoto, grâce à l’abdication du souverain rival installé à Yoshino dans le sud du pays.

1542 : Le Portugais Fernao Mendes Pinto et deux compagnons – Diego Zeimoto et Christopho Borrello – débarquent à Tanegashima, au sud de Kyushu.

15 août 1549 : Débarquement à Kagoshima de saint François Xavier. Il réalise le premier catéchisme en japonais. Il gagne Kyoto en décembre 1550 et repart finalement pour l’Inde le 20 décembre 1551. Il y aura en 1582 125 000 convertis au catholicisme à Kyushu.

1568 : Oda Nobunaga profite d’une révolte contre le shogun pour prendre Kyoto, renforcer le pouvoir du bakufu et se proclamer vice-shogun.

1571 : Nobunaga assiège le couvent forteresse d’Hieizan dont tous les moines sont massacrés.(la secte tendai) qui était une puissance militaire importante, ce site donne un aperçu des participations des moines bouddhistes a la politique et a la guerre (loin de l’image du bouddhisme tolérant et pacifique que certains imaginent) :

http://fr.wikipedia.org/wiki/S%C5%8Dhei

nobunaga_amidaji_lamers

Nobunaga Oda (織田 信長)

En 1579, il s’empare de la citadelle d’Osaka qui appartenait à l’ordre de Monto. La même année, il organise la persécution de la secte de Nichiren. Il s’en prend aussi à la secte Jôdo, manifestant ainsi une hostilité générale au bouddhisme. Il semble favorable à l’inverse aux missionnaires catholiques ; les décrets de 1565 et 1568 qui interdisaient la prédication ne sont pas appliqués. Des daimios protègent les chrétiens et une école jésuite est installée dans la résidence de Nobunaga. 

1582 : Nobunaga est victime d’une révolution de palais conduite par l’un de ses généraux, Akechi Mitsuhide, lui-même tué ensuite par Toyotomi Hideyoshi.

1582 - 1598 : Dictature d’Hideyoshi

Sous son régime, le nombre des chrétiens s’élève jusqu’à 200 000 mais il change brutalement de politique quand il prend conscience que les Espagnols se servent de la religion pour préparer la colonisation.  un décret d’expulsion des Jésuites est promulgué en 1587. De véritables persécutions commencent en 1596, quand on soupçonne les Espagnols de vouloir s’emparer du Japon à partir des Philippines.  L’évêque Martinez doit quitter le pays et meurt à Malacca. Il est remplacé l’année suivante mais 137 églises ont été détruites, ainsi qu’un collège.

1603 :Ieyasu Tokugawa récupère le titre de Shogun et instaure l’Ere Edo qui durera jusqu’en 1868.

Tokugawa_Ieyasu

徳川家康, Tokugawa Ieyasu,( 31 janvier 1543 - 1 juin 1616)

 

8 juillet 1853 : Une escadre américaine de quatre navires aux ordres du commodore Perry jette l’ancre dans la baie de Yedo pour exiger la conclusion d’un traité commercial avec le Japon.

C’est le début du harcèlement du japon par les puissances occidentales. Le Japon a beaucoup d’or, un tiers de la quantité mondiale, et les occidentaux veulent  l’obliger à l’échanger contre de l’argent de valeur inférieure.

8 mars 1854 : Le traité nippo-américain est conclu. Il prévoit l’ouverture des deux ports francs de Shimoda et Hakodaté, la liberté de circulation des Américains au Japon et l’installation de deux consuls. Le traité est ratifié par les USA en janvier 1855 et par le Japon en février 

14 octobre 1854 : Les Anglais obtiennent par le traité de Nagasaki des droits à peu près analogues à ceux concédés aux Américains. Il en va bientôt de même des Russes, autorisés à commercer à Nagasaki, Hakodaté et Shimoda. Pour conclure ces traités, le bakufu a consulté les daimios et l’empereur, ce qui remettait largement en cause son autorité.

1862 : Shimazu Saburo, régent de Satsuma, prend la tête d’un mouvement pro-impérial hostile au bakufu réclamant la représentation dans le gouvernement shogunal des clans du sud du pays, la mise en tutelle du shogun et l’expulsion des étrangers.

Juillet-août 1863 : Shimonoseki et Kagoshima sont bombardées par des navires européens après que ceux-ci ont essuyé des tirs à proximité des côtes japonaises.

normal_meiji_jingu_shrineIMG_1100

 

Sanctuaire Meiji

Septembre 1864 : Une expédition navale anglo-néerlando-française bombarde Hiroshima pour soumettre les clans les plus hostiles aux Européens. Le shogun et l’empereur sont obligés de céder aux revendications étrangères.

 

nikko08

Janvier 1867 : L’empereur Komei meurt. Son fils Mutsu-Hito lui succède.

9 novembre 1867 : Abdication du shogun Le souverain décide le 9 mai 1869 de s’installer à Yedo (ou Edo) devenue Tokyo (la capitale de l’Est), Kyoto devenant Saikio (la capitale de l’Ouest).

9 novembre 1867 : Abdication du quinzième shogun Tokugawa

3 janvier 1868 : Proclamation de la « restauration de l’ancienne monarchie 

 

1er janvier 1873 : Substitution du calendrier grégorien au calendrier lunaire chinois

1889: Constitution d’une Société pour l’étude du socialisme, qui deviendra en 1900 la Ligue socialiste.

 

 

 

toshugu35

 

           Toshogu東照宮 , Sanctuaire de  Tokugawa Ieyasu à Nikko