Le satoyama 「里山」 désigne un lieu au Japon où les villageois ont développé leurs activités en harmonie avec la nature ; sans dégradation du milieu naturel. Ce terme est un néologisme, créé pour reprendre une idée ancienne au Japon, l'interdépendance de l'homme, de la nature et de la vie traditionnelle, que  nous avions désigné nous même comme l'achétype traditionnel.

DSC01410

Tanuki San

C’était le mode de vie à la campagne avec ses maisons traditionnelles, et son mode de vie solidaire, en harmonie avec la nature. C’est la façon de vivre qui préserve les ressources naturelles de façon durable.

Certaines zones étaient abandonnées, à cause du manque de ressources, les habitants étaient obligés de quitter certains villages, entraînant une perte des activités traditionnelles et artisanales. 

Préserver ces zones rurales est devenu un projet national en 2008, et une proposition au sommet de l’ONU en 2009, pour que ce projet s’étende à d’autres pays, devenant un projet mondial de revalorisation de la vie traditionnelle avec la préservation des écosystèmes, et de l’interaction harmonieuse de l’être humain intégré dans la nature.

"Les ressources naturelles sont recyclées en respectant l’équilibre des écosystèmes, la valeur et l’importance des traditions locales et des cultures sont reconnues. Ce projet est très utile, non seulement pour les êtres humains, mais aussi pour la conservation de la biodiversité", a affirmé le Pr Yoshihiro Natori à la présentation du projet  à Libreville, en Afrique. Le Japon pense que les africains peuvent bien comprendre ce projet et souhaite y associer l’Afrique.

Comme nous avions essayé de l'expliqué dans ce blog, le concept de l'ancien shinto est que les besoins de l'être humain sont satisfaits par la vie dans la nature, si celui ci respecte la nature originelle, car le fondement en est le Musubi, la force de vie qui fait pousser la vie dans tous ses aspects. Si l'on perd le sens de la vie dans la nature, se développe une conscience fragmentée qui ne comprend plus l'harmonie universelle que constitue le cycle de la vie. 

Le Japon, malgré l'industrialisation, a conservé un grand nombre de traditions, et ce projet nous fait espérer qu'il va pouvoir participer à restaurer  l'ancienne conscience de la vie qui était dans les fondements de sa culture, soit aider l'humanité à reprendre conscience de ses véritables besoins, du respect entre toutes les formes de vie, ainsi que la conscience du vivant dans la nature, un thème qui va bien au delà du terme écologie, car il touche à la spiritualité de la nature et à la redécouverte du sens des choses.

On se souvient du combat des tanukis dans le film d'animation Pompoko, qui doivent revenir à leurs anciens pouvoirs magiques de transformation, afin d'affronter les promoteurs qui détruisent leur environnement.

Actuellement nous sommes tous des tanuki, et nous devons retrouver notre ancienne conscience fondamentale, pour pouvoir survivre.

DSC01409