L'Institut des traditions du Japon est spécialisé dans l'étude et la prévention  des risques de dérives sectaires liés à la déformation de la culture japonaise traditionnelle et sa falsification dans un but manipulatoire.

En ce qui concerne le Reiki, l'étude de son histoire et des manipulations qu'il a subit en occident nous amènent à constater que le risque sectaire est lié à l'ignorance de la culture japonaise et de sa tradition spirituelle.
Effectivement, la culture japonaise a toujours veillé à ce que le religieux et le spirituel soient intégrés dans la société et ne viennent pas interférer avec la vie sociale.

Le peuple japonais a comme conception la participation au progrés et à l'amélioration de la société et de la communauté.

Il est à noter que la secte Aum Shinrikyo , qui a posé le plus de problèmes au Japon, n'est pas un groupe qui pratiquait un systeme religieux issu de la tradition japonaise, mais un mélange de bouddhisme tibétain et d'hindouisme.

Les mouvements sectaires d'origine japonaise, comme ceux issus d'autres cultures, sont tous des mouvements qui modifient le sens traditionnel afin de servir les intérets financiers des dirigeants, en manipulant la crédulité de leurs adeptes. La solution à ces problèmes réside principalement dans l'information et l'éducation.

Le but de l'Institut est de donner des éléments pour rectifier et démystifier les croyances sur la culture japonaise, et de transmettre une information sur l'authenticité des traditions, qui sont un rempart contre les déviations sectaires et la manipulation  rendues possible uniquement par l’ignorance, la désinformation et le mensonge.

Le Reiki, comme  pratiquement tous les domaines de l'activité humaine, peut être détourné et falsifié, et comprend des enseignants honnêtes ainsi que des charlatans. La seule solution pour ne pas être abusé est d'accéder à une information suffisante sur le sujet.