"Le Reiki à l'hopital" 

L’institut désapprouve les pratiques de Reiki dans les hôpitaux, car les formes de Reiki qui pratiquent ces activités s’appuient sur une compréhension  erronée du Reiki , s’appuient sur des pratiques qui ne correspondent pas à la tradition originelle du Reiki japonais, et véhiculent des erreurs dans la pratique du Reiki qui peuvent causer des désagréments pour les malades aussi bien que pour les « praticiens ». 

Au Japon, l’école traditionnelle refuse tout contact avec le mouvement « Reiki » occidental, qui se base non sur une culture traditionnelle japonaise, mais sur des pratiques du marketing américain. 

L’institut des Traditions du Japon  souligne cette différence d’avec le véritable enseignement d’ Usui Mikao, qui avait enseigné le Shinto pour retrouver un état spirituel, en utilisant une transmission de force spirituelle qu’il a nommée « Reiki » et qui a un but identique à l’Aikido , comme expliqué par le maître japonais Koichi Tohei :

(http://reikiparis.canalblog.com/archives/2013/05/05/27084113.html ) 

Le fait de présenter le Reiki comme une thérapie est réductrice et est basé sur une erreur d’interprétation des américains concernant le Reiki, ce qui est du au fait que la forme de Reiki transmise au USA l’a été par le docteur Hayashi, qui avait supprimé tout ce qui concerne la spiritualité pour le transformer en pratique axée sur la guérison. 

L’institut des Traditions du Japon a entrepris des recherches dans la culture japonaise traditionnelle pour retrouver le véritable sens de l’enseignement d’Usui Mikao, et de rectifier les erreurs qui se sont répandues en occident à propos de cette « méthode » japonaise. 

L’institut s’inquiète de l’entrée dans des cliniques et des hôpitaux de « bénévoles » qui s’entraînent au « Reiki » sur des malades, alors que seuls des praticiens très expérimentés pourraient éventuellement intervenir, et que les personnes qui s’introduisent dans le milieu médical par le Reiki le font avec l’ambition malsaine d’acquérir une reconnaissance sociale.

Mais le Reiki étant une pratique spirituelle n’a pas besoin, quand elle est réelle, d’entrer dans un hôpital pour aider une personne. La personne qui veut aider en utilisant une force spirituelle peut le faire dans une dimension du KI ,  qui n’est pas dans le  domaine strictement physique mais du domaine métaphysique. De plus, il est impossible au niveau du KI d’évaluer l’authenticité du praticien, mis à par de façon empirique. Les pratiques énergétiques sont difficiles à quantifier et à vérifier, et la société n’est actuellement pas capable de pouvoir mesurer les effets de telles pratiques, ce qui a pour effet de susciter une méfiance du corps médical envers les pratiques charlatanesques. 

La pratique du Reiki est charlatanesque lorsque : 

- Le praticien  prétend guérir physiquement. (Il ne peut agir que sur le KI, et pas sur le corps directement). 

- lorsqu’il recommande d’utiliser seulement la force spirituelle (Reiki) pour se guérir. (Il ne doit en aucun cas porter un jugement sur un traitement médical et s’en tenir à aider au niveau spirituel). 

- lorsqu’il fait des diagnostics (physiques ou psychologiques : seuls les psychiatres - et non les psychologues, qui ne sont pas médecins - peuvent effectuer un diagnostic). 

Il faut savoir qu’à l’époque ancienne, les véritables guérisseurs ou médecins tradipraticiens utilisaient aussi les médicaments de l’époque, comme les plantes, la modification des habitudes, la correction de l’alimentation…  

Dans le monde moderne, la médecine doit utiliser tous les moyens pour aider les malades à guérir, et pourquoi pas s’ouvrir  à des pratiques spirituelles, mais ce sont les personnes du corps médical qui peuvent seules décider de comment utiliser ces méthodes et  voir si ils peuvent les intégrer dans le milieu médical ou pas. Ce ne sont pas des praticiens de Reiki ou d’autres sortes de praticiens spirituels, qui peuvent  savoir si c’est utile ou non.

D’autre part, le fait que des praticiens de Reiki, ou qui croient pratiquer le Reiki, interviennent de façon bénévole montre bien que le milieu médical ne reconnaît pas la valeur du Reiki, sinon ils seraient rémunérés. 

Les personnes qui présentent le Reiki comme une forme de relaxation en cachant ou prétendant ignorer qu’il s’agit d’une force spirituelle, ceci afin de s’introduire dans le milieu médical, et présenter le Reiki avec une apparence plus « acceptable » envers un milieu médical considéré comme hostile à toute ouverture soi disant spirituelle, sont des manipulateurs et n’ont rien à voir avec l’enseignement de Mikao Usui.

De même, le Reiki n’a rien à voir avec la psychologie, Mikao Usui était un homme qui est né avant l’époque Meiji, et la psychologie ne fonctionne pas sur les japonais, aussi elle n’a rien à voir avec les enseignements d’un ancien shaman japonais.

 La « psychologie bouddhiste » qui est une forme d’interprétation basée sur une religion nihiliste, n’a aucun rapport avec le Reiki traditionnel japonais. Cette croyance se base sur les interprétations du bouddhisme tibétain et la croyance que le monde est une illusion, et que seul l’esprit existe, elle est contraire à la philosophie japonaise et incompatible avec  l’enseignement de Mikao Usui. Cela n’a rien à voir avec la science non plus.

La psychanalyse a sûrement une valeur, mais n’est pas une discipline scientifique et sa prétention thérapeutique est contestée par certains psychiatres. Tout ceci n’a rien à voir de toute façon avec le Reiki du Japon.

Le Reiki est un concept japonais qui désigne une influence métaphysique, appartient au domaine de la spiritualité japonaise et n'a aucune prétention scientifique, sauf quand des charlatans essaient de tromper et manipuler les gens.

Nous tenons à mettre en garde contre les amalgames faits par certains médias entre pratiques spirituelles, ésotérisme, spiritualité , charlatanisme et dérives sectaires.  L'ésoterisme est l'étude de traditions cachées ou mal connues du monde social conventionnel, la spiritualité est selon les cultures un élément qui touche à l'existence de l'âme et à l'identité profonde des êtres vivants.

Parler de ces sujets en les considérant à priori comme du  charlatanisme et des dérives sectaires est de la diffamation et une atteinte aux droits de l'homme. Le charlatanisme ne commence que lorsqu'il y a des manipulations de ces sujets par des personnes malhonnêtes. La notion de dérive sectaire est encore un autre sujet. Il semble que le terme soit utilisé actuellement comme substitut au mot "secte" , qui ne peut pas être défini juridiquement, et si on qualifie un groupe ou une organisation par ce mot, il portera plainte. 

Selon les témoignages dont nous disposons, les risques de charlatanisme et d' escroquerie sont plus fréquents que les dérives sectaires dans le mileu du Reiki occidental. Comme il s'agit d'une pratique personnelle apprise lors de stages, il ne favorise pas l'appartenance à un groupe particulier, ce qui est nécessaire  pour qu'il y ait formation d'une secte. Il y a surtout le risque d'abus de pouvoir et de transmettre de fausses croyances au sujet du Reiki.

Nous ne sommes pas persuadés que le Reiki nourrisse la méfiance envers la médecine "classique" comme semblent s'en inquiéter les pouvoirs publics. Il s'agit plutôt de personnes qui ont déjà de la méfiance envers le milieu scientifique, qui se tournent vers des pratiques dites "non conventionnelles", mais le terme "non conventionnel" n'a pas non plus à être considéré à priori comme "louche" ou malhonnête. Sinon l'on tombe de nouveau dans une forme de discrimination.

Il y a peut être un effort à faire pour améliorer la communication entre le monde scientifique et la population en général et à séparer la science du commerce et des pratiques mafieuses.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Ir%C3%A8ne_Frachon