6 avril 2014, Préfecture de Nagano Takamori-machi de Shirahige Jinja( sanctuaire shinto) La danse du lion et la danse de Okame pour la  Fête du Printemps.

Danse d' Okame (Kawagoe Festival: 15.10.2006) 

Daijingu de Tokyo. Le sanctuaire Daijingu de Tokyo est appelé familièrement "O Ise San de Tokyo" parce qu'il contient dans le sanctuaire les mêmes divinités que le grand sanctuaire d'Ise, Amaterasu (qui est la divinité tutélaire de la famille impériale), Toyouke Okami (déesse divinité gardienne de l'agriculture, de la nourriture, de l'industrie, et de l'habitat, plus connue sous le nom d'Inari. Et Yamato Hime No Mikoto, la fille de l'empereur Suinin, qui a amené la déesse Amaterasu à Ise. Elle aurait cherché durant vingt années le lieu où fixer Amaterasu, lorsqu'elle arriva à Ise, la divinité lui aurait dit que c'était le lieu où elle désirait se fixer. Yamato Hime No Mikito est connue comme une princesse shamane (ou prêtresse shinto) du clan Yamato.

 

Les festivals sont les Matsuris. Ce sont des célébrations shinto des divinités de l'agriculture, qui suivent le cycle des saisons, et des récoltes. C'est à l'origine un transport des Kami du sanctuaire par les membres du sanctuaire shinto, dans un Mikoshi, un palanquin et l'occasion de faire la fête et de conserver les traditions.

A l'origine, ce sont les kamis, divinités de l'agriculture qui étaient célébrées, mais comme certains hommes politiques se sont fait mettre dans des santuaires shinto après leur mort, certains Matsuris sont basés sur la célébration de ces personnages historiques. Mais c'est une déviation de l'ancien sens du shinto, lié à la culture du riz, et à la reconnaissance envers les forces de la nature qui permettent la vie sur terre. Après les récoltes, les villageois faisaient la fête et remerciaient les divinités pour les bonnes récoltes.

On peut se faire une idée du principe en lisant le manga " Tajikarao, l'esprit de mon village", qui représente bien la façon dont les villages étaient organisés autour du sanctuaire shinto, et que le shinto est un culte de la fertilité de la nature.

Tajikarao est un masque du dieu de la force, celui qui déplace la roche qui fermait la caverne d'Amaterasu dans le mythe du Kojiki. Dans le manga, il est l'esprit collectif des villageois, qui protège le village. 

Il y a des sanctuaires dans chaque quartier dans toutes les villes au Japon, et chaque japonais est membre par naissance du sanctuaire où il est né. C'est en général participation à la vie collective, reliée au sentiment de faire partie d'un même espace sacré. Il n'y a rien d'obligatoire et on n'y voit pas quelque chose de religieux. Le shinto est plutot de l'ordre du festif, de l'artistique (le sens de la beauté de la nature) et de la solidarité humaine avec les divinités.